La GAO en ligne


Hyejeong Cho et Sookhyun Kim, 감정의 시대: 서비스 노동의 관계 미학 [La société émotionnelle sur scène]
8 décembre 2020

Découvrez le travail des artistes Hyejeong Cho et Sookhyun Kim et ce qui se cache derrière leur œuvre 감정의 시대: 서비스 노동의 관계 미학 [La société émotionnelle sur scène] (2014) dans cette vidéo exclusive. Cette installation vidéo à trois canaux explore les tâches physiques et émotionnelles, attendues dans l’industrie du service et invite à réfléchir à « l’esthétique relationnelle de l’industrie du service » qui transforme les rapports interpersonnels en marchandises tout en créant une structure hiérarchique. L’œuvre est présentée à la GAO jusqu'au 3 janvier 2021.

S’il n’est pas possible de vous rendre en personne à la Galerie pour faire l’expérience de 리듬풍경 Rythmesthétique, nous vous proposons des options en ligne sur nos réseaux sociaux et sur la page La GAO virtuelle. Cette exposition nous arrive en première nord-américaine après des présentations en Corée du Sud et au Japon. On y retrouve des œuvres qui, à l’aide d’une panoplie de stratégies artistiques contemporaines, prennent le pouls de la vie, de la société et du travail.

감정의 시대: 서비스 노동의 관계 미학[La société émotionnelle sur scène], 2014, vidéo à trois canaux, couleur, son, 23 min 34 s, avec la permission des artistes
 


Sojung Jun, 열두 개의 방 [Les douze salles]
3 décembre 2020

Un accordeur de pianos appuie sur les touches attentivement et prudemment alors que les couleurs s'intensifient et qu'une profusion de motifs tourbillonnent à l'écran. Dans 열두 개의 방 [Les douze salles], une vidéo de l’artiste Sojung Jun, qui travaille à Séoul, la vie de ceux dont le travail chevauche l’art et l’artisanat est examinée. En particulier, on voit Jongryeol Lee en train d’accorder les douze demi-tons d’un piano à queue. L’artiste associe chaque demi-ton à sa propre salle dans l’univers du zodiaque coréen et le public est ainsi témoin de d’une méticuleuse profession. Nous vous proposons ici un extrait de l’œuvre. Une version complète est présentée jusqu'au 3 janvier 2021 à la GAO.

S’il n’est pas possible de vous rendre en personne à la Galerie pour faire l’expérience de 리듬풍경 Rythmesthétique, nous vous proposons des options en ligne sur nos réseaux sociaux et sur la page La GAO virtuelle. Cette exposition nous arrive en première nord-américaine après des présentations en Corée du Sud et au Japon. On y retrouve des œuvres qui, à l’aide d’une panoplie de stratégies artistiques contemporaines, prennent le pouls de la vie, de la société et du travail.

열두 개의 방 [Les douze salles], 2014, vidéo monocanal, couleur, son, 7 min 35 s, avec la permission de l’artiste.

 


Vidéo exclusive : 서서 일하는 사람들 #21 [Travailleurs debout n˚ 21], une œuvre de Jung Uk Yang
24 novembre 2020

Vous avez vu le mouvement et les effets des lumières de 서서 일하는 사람들 #21 [Travailleurs debout n˚ 21], une œuvre de Jung Uk Yang ? Cette sculpture cinétique représente un acteur raté qui travaille désormais dans un bar laitier. Le travail de cet artiste, basé à Séoul, capte le rythme des mouvements anodins involontaires propres aux personnes travaillant debout à des tâches répétitives et révèle les histoires qui se cachent derrière leurs gestes. Cette vidéo exclusive vous en dira plus sur l’artiste Jung Uk Yang, et sur sa pratique, et vous fera voir la signification de l’œuvre 서서 일하는 사람들 #21 [Travailleurs debout n˚ 21] (2019) qui est présentée à la GAO jusqu'au 3 janvier 2021.

S’il n’est pas possible de vous rendre en personne à la Galerie pour faire l’expérience de 리듬풍경 Rythmesthétique, nous vous proposons des options en ligne sur nos réseaux sociaux et sur la page La GAO virtuelle. Cette exposition nous arrive en première nord-américaine après des présentations en Corée du Sud et au Japon. On y retrouve des œuvres qui, à l’aide d’une panoplie de stratégies artistiques contemporaines, prennent le pouls de la vie, de la société et du travail.

서서 일하는 사람들 #21 [Travailleurs debout n˚ 21], 2019, sculpture cinétique, fer, vinyle, moteur, DEL, bois, 110 × 110 × 230 cm, avec la permission de l’artiste

 


Vidéo exclusive : 연경 [Nouer] une œuvre de Yong Ju Kwon
18 novembre 2020

Apprenez-en plus au sujet de l’artiste Yong Ju Kwon et découvrez ce qui se cache derrière son installation 연경 [Nouer] (2014) qui révèle la relation entre la vie d’un individu et les systèmes économiques. Dans cette vidéo exclusive, l’artiste explique que les souvenirs de sa mère, qui a travaillé comme ouvrière textile pendant trente ans, sont mis en parallèle avec des images d’ouvriers thaïlandais travaillant à l’usine de soie dans l’espoir d’une vie plus stable. L’installation, qui est présentée jusqu'au 3 janvier 2021 à la GAO, illustre les effets que peut avoir l’environnement social dans la vie professionnelle d’une personne.

S’il n’est pas possible de vous rendre en personne à la Galerie pour faire l’expérience de 리듬풍경 Rythmesthétique, nous vous proposons des options en ligne sur nos réseaux sociaux et sur la page La GAO virtuelle. Cette exposition nous arrive en première nord-américaine après des présentations en Corée du Sud et au Japon. On y retrouve des œuvres qui, à l’aide d’une panoplie de stratégies artistiques contemporaines, prennent le pouls de la vie, de la société et du travail.

연경 [Nouer], 2014, vidéo monocanal, 24 min 23 s, installation de jacquard et de fil, avec la permission de l’artiste

 


Une parcelle de moi : présentation vidéo et discussion
12 novembre 2020

Présentée dans l’exposition 리듬풍경 Rythmesthétique, Une parcelle de moi [A Glimpse of Me] (2014) est une pièce de théâtre multimédia témoignant de l’expérience d’immigrants au Canada issus de communautés sourdes d’ailleurs au monde. Les trois interprètes, Peter Owusu-Ansah du Ghana, Ali Saeedi de l’Iran et Tiphaine Girault de la France, font ressortir leurs diverses stratégies linguistiques. À l’aide d’une cascade de langues superposées, les trois artistes tissent les histoires de leurs joies et de leurs tristesses, de leurs succès et de leurs échecs, ainsi que de leurs parcours variés comme immigrants vivant avec un handicap. Présentée en langue des signes américaine (ASL), en langue des signes iranienne, en langue des signes du Québec (LSQ), en anglais et en français, l’œuvre souligne de façon viscérale comment ces trois artistes ont navigué les rythmes et les défis de communication et démontre qu’il est possible de trouver des ressemblances parmi les différences.

Découvrez cette œuvre grâce à cette initiative virtuelle. Voyez la vidéo documentaire de Une parcelle de moi [A Glimpse of Me] (20 min) suivie d’une discussion avec Catherine Sinclair (sous-directrice et commissaire en chef de la GAO), et l’équipe derrière cette création : les artistes Tiphaine Girault et Paula Bath, les interprètes Peter Owusu-Ansah et Ali Saeedi, et Andrea Donaldson, à la réalisation. Veuillez noter que cette table ronde s’est déroulée en anglais et en langage ASL.

L’œuvre est présentée jusqu'au 3 janvier 2021 à la GAO dans le cadre de l’exposition 리듬풍경 Rythmesthétiquequi est organisée et distribuée par le Gyeonggi Museum of Modern Art, Ansan, Corée du Sud, en partenariat avec l’ambassade de la République de Corée au Canada et le Centre culturel coréen au Canada, et avec l’appui du Korean Foundation for International Culture Exchange.

 



Une conversation avec John Healey
9 novembre 2020

Voyez ou revoyez cette causerie (virtuelle!) avec l’artiste John Healey, récipiendaire du prix de la photographie Projet X 2020. Il est question de sa pratique artistique, de ses œuvres et de sa série primée Plage de plastique. Des œuvres tirées de la série sont présentées à la GAO jusqu’au 25 novembre 2020 dans le cadre de l’exposition Le prix Projet X. Plage de plastique, John Healey, une collaboration de SPAO, de la Galerie d’art d’Ottawa et du Conseil des arts d’Ottawa. La présentation déroulera en anglais.

John Healey, qui a grandi près du fleuve Saint-Laurent à Brockville en Ontario. Ses œuvres ont été présentées au Festival de photographie CONTACT de 2017 et de 2020. Il reçoit  une mention honorable  pour son image Jug Top [Dessus de cruche] de la série Plage de plastique dans le cadre de la 2019 Optic Nerve competition organisée par la publication Blackflash, et est inclue dans l’exposition Common Waters des Cambridge Art Galleries. Il est le gagnant du premier prix de Figureworks 2019 pour son œuvre Michigan Man After Arcimboldo [Homme du Michigan à la Arcimboldo], également de la série Plage de plastique. Il vit et travaille à Ottawa.

Le Projet X, prix de la photographie honore un projet photographique réalisé et présenté publiquement par un artiste d’Ottawa. Le projet gagnant est choisi par un jury indépendant composé de membre de la communauté des arts visuels, photographiques et médiatiques et est présenté par SPAO, la Galerie d’art d’Ottawa et le Conseil des arts d’Ottawa.

                

 


Visite virtuelle de Jennifer Dickson. Le projet credo
29 octobre 2020

Parcourez l’exposition Jennifer Dickson. Le projet credo, en cours jusqu’au 7 février 2021 à la GAO, grâce à une visite virtuelle. Explorez des espaces architecturaux propres au judaïsme, au christianisme et à l’islam, ces trois religions abrahamiques. L'exposition présente 21 images captées par Jennifer Dickson lors de voyages entre 1979 et 2008 au Royaume-Uni, à Chypres, au Portugal, en Espagne, en Turquie et au Maroc.

Vidéo : Chris Snow, 2020


Sojung Jun,보물섬 [Treasure Island] [L’île au trésor]
29 octobre 2020

Des plongeuses sautent dans les profondeurs de la mer alors que des vagues se brisent au large d'une île côtière rocheuse. L’œuvre 보물섬 [L’île au trésor] de Sojung Jun, présentée dans l’exposition리듬풍경 Rythmesthétique, relate l’histoire des « haenyeos », ces plongeuses coréennes qui, de génération en génération, bravent les profondeurs de la mer pour assurer la récolte d’algues et d’ormeaux. L’artiste, basée à Séoul, crée des récits décrivant la vie des gens dont le travail chevauche l'art, l'artisanat et la vie. Voyez en exclusivité un extrait de L’île au trésor, une œuvre qui célèbre les haenyeos et leur adaptation aux rythmes et aux cycles de la nature. Une version complète de l’œuvre est présentée jusqu'au 3 janvier 2021 à la GAO. S’il n’est pas possible de vous rendre en personne à la Galerie pour faire l’expérience de 리듬풍경 Rythmesthétique, nous vous proposons des options en ligne sur nos réseaux sociaux et sur la page La GAO virtuelle.

Cette exposition nous arrive en première nord-américaine après des présentations en Corée du Sud et au Japon. On y retrouve des œuvres qui, à l’aide d’une panoplie de stratégies artistiques contemporaines, prennent le pouls de la vie, de la société et du travail.

Sojung Jun, 보물섬 [L’île au trésor], 2014, vidéo monocanal, couleur, son, 11 min 9 s, avec la permission de l’artiste

 


Hwayeon Nam, The Botany of Desire [La botanique du désir] (2015)
29 octobre 2020

Voici en grande première virtuelle un extrait de l’œuvre The Botany of Desire [La botanique du désir] (2015) de Hwayeon Nam, une artiste basée à Séoul qui a représenté la Corée du Sud lors de la 56e Biennale de Venise. Sa pratique examine la façon dont les choses bougent en relation avec les systèmes sociaux, ainsi que la structure et la nature du temps exprimé à travers le corps. Cette œuvre s’inspire de la « manie des tulipes » survenue aux Pays-Bas au 17e siècle, que le journaliste états-unien Michael Pollan rapporte dans un livre qui souligne l’irrationalité des désirs humains pour la beauté. Une version complète de l’œuvre est présentée jusqu'au 3 janvier 2021 à la GAO. S’il n’est pas possible de vous rendre en personne à la Galerie pour faire l’expérience de 리듬풍경 Rythmesthétique, nous vous proposons des options en ligne sur nos réseaux sociaux et sur la page La GAO virtuelle. Cette exposition nous arrive en première nord-américaine après des présentations en Corée du Sud et au Japon. On y retrouve des œuvres qui, à l’aide d’une panoplie de stratégies artistiques contemporaines, prennent le pouls de la vie, de la société et du travail.

욕망의 식물학 [La botanique du désir], 2015, vidéo à deux canaux, 8 min 23 s, avec la permission de l’artiste, commande de la 56e Biennale de Venise.

 


Les commissaires en parlent. Brendan Fernandes et Catherine Sinclair
3 septembre 2020

Lors de cette discussion, Brendan Fernandes discute de sa pratique artistique qui se trouve à l'intersection de la danse et de l’art visuel et qui aborde les questions de race, de la culture queer, de la migration, de manifestations et autres formes de mouvements collectifs. Son œuvre Clean Labor [Travail propre], qui fait partie de l’exposition 리듬풍경 Rythmesthétique,, présentée à la GAO jusqu’au 3 janvier 2021, y est aussi explorée.

L’exposition 리듬풍경 Rythmesthétique nous arrive en première nord-américaine après des présentations en Corée du Sud et au Japon. On y retrouve des œuvres qui, à l’aide d’une panoplie de stratégies artistiques contemporaines, prennent le pouls de la vie, de la société et du travail. La version de la Galerie d’art d’Ottawa présente des pièces de Brendan Fernandes, Tiphaine Girault et Paula Bath, du Canada, aux côtés de celles de Yong Ju Kwon, Hwayeon Nam, Jung Uk Yang, Sojung Jun, et du duo Hyejeong Cho et Sook Hyun Kim, de la Corée, des œuvres de Tetsuya Umeda, du Japon et celles de Johanna Billing, de la Suède. Ainsi rassemblées, ces œuvres facilitent la compréhension de l’interaction humaine issue de la vie et du travail.

L’exposition 리듬풍경 Rythmesthétique est organisée et distribuée par le Gyeonggi Museum of Modern Art, Ansan, Corée du Sud, et présentée en partenariat avec l’ambassade de la République de Corée au Canada et le Centre culturel coréen au Canada, avec l’appui du Korean Foundation for International Culture Exchange.

          

Présentée par : 


Possible grâce au soutien de :

Brendan Fernandes (né en 1979 à Nairobi au Kenya) est un artiste canadien basé à Chicago de renommée internationale qui travaille à l'intersection de la danse et de l’art visuel. Ses projets abordent les questions de race, de la culture queer, de la migration, de manifestations et autres formes de mouvements collectifs. À la fois ballet, salle de danse queer, et protestation politique, les projets de Brendan prennent des formes hybrides et ancrés dans la collaboration et la solidarité et cherchent à créer de nouveaux espaces et de nouvelles formes d'actions autonomes. Brendan Fernandes est diplômé du Whitney Independent Study Program (2007) et a reçu une bourse Robert Rauschenberg (2014). En 2010, il a été présélectionné pour le Prix artistique Sobey et reçoit en 2017 une prestigieuse subvention Nouveau chapitre du Conseil des Arts du Canada. Il est également lauréat du prix Artadia (2019), d'une bourse de recherche de la Smithsonian Artist Research Fellowship (2020) et d'une bourse de la Louis Comfort Tiffany Foundation (2019). Ses projets ont été exposés, entre autres, à la Whitney Biennial de 2019 (New York), au Solomon R. Guggenheim Museum (New York), au Museum of Modern Art (New York), au Getty Museum (Los Angeles), au Musée des beaux-arts du Canada (Ottawa), ainsi qu’au MAC (Montréal). Il est artiste en résidence et professeur à la Northwestern University et est représenté par la Monique Meloche Gallery de Chicago. Parmi ces projets récents, et à venir, notons des performances et des présentations au Noguchi Museum (New York), à la Monique Meloche Gallery (Chicago), au Musée des beaux-arts de l'Ontario (Toronto) et au Museo De Arte São Paulo (São Paulo).

Photo : Kevin Penczak

Catherine Sinclair, sous-directrice et commissaire en chef de la GAO, est responsable du contenu canadien de la première nord-américaine de l’exposition리듬풍경 Rythmesthétique (2020), organisée par le Gyeonggi Museum of Modern Art (GMoMA). Elle fait partie de l’équipe de la GAO depuis maintenant 2006 et est la commissaire de plus de 40 expositions, dont Russell Yuristy. L’intérieur des éléphants et plein d’autres choses (2020), Michèle Provost. Everything must go/Liquidation totale (2018), àdisòkàmagan / Nous connaîtreun peu nous-mêmes / We’ll all become stories. Un panorama de l'art de la région d'Ottawa-Gatineau

 (2018, co-commissaire), et The Arts Students League of New York and its Influence in Canada (à paraître en 2021). Elle a fait des présentations lors du congrès de l’Association d’art des universités canadiennes et de la conférence de la Canadian Women Artists History Initiative (CWAHI). Ses écrits sont publiés dans The Journal of Curatorial Studies (2018, coauteure) et esse arts + opinions (2019). Catherine Sinclair est lauréate de l’initiative AAMC Foundation Engagement Program for International Curators.

Photo : André Rozon 

 


Pour en apprendre plus sur les œuvres de Jennifer Dickson​
27 août 2020

Nous vous invitons à en apprendre plus sur une œuvre de l'exposition Le projet credo de l’artiste Jennifer Dickson. Découvrez virtuellement le lieu architectural qui l'a inspirée ! Le projet credo est une exposition de photographies prises par Jennifer Dickson entre 1979 et 2008 lors de voyages au Royaume-Uni, à Chypres, au Portugal, en Espagne, en Turquie et au Maroc, qui témoignent des espaces architecturaux propres au judaïsme, au christianisme et à l’islam, ces trois religions abrahamiques. Regardons de plus près la loge de prière du Sultan de la mosquée Selimiye d’Edirne en Turquie représentée dans Credo : Dix. Le projet credo est en cours à la GAO jusqu’au 7 février 2021.

Prenez un moment pour observer les détails ornementaux de la mosquée Selimiye d’Edirne en Turquie, conçue par l'architecte Mimar Sinan. Construite entre 1569 et 1575, il s’agit d’un impressionnant exemple d’architecture religieuse ottomane. L'intérieur de cet espace sacré encore utilisé comme lieu de culte est richement décoré de calligraphie, ainsi que de motifs de carreaux d'Iznik tels que les feuilles saz, des arbres fruitiers en fleurs et des tulipes représentant Allah. Suivez ce lien pour explorer l’intérieur de la mosquée et cliquez ici pour une vue à 360 du lieu grâce à Google Earth.

Credo: Ten [Credo : Dix] (Loge de prière du Sultan, mosquée Selimiye, Edirne, Turquie), 1999-2011, épreuve à jet d’encre de qualité archives. © Jennifer Dickson. Droits d’auteur Arts visuels - CARCC, 2020.
 



Pour en apprendre plus sur les œuvres de Jennifer Dickson​
20 août 2020


Nous vous invitons à en apprendre plus sur une œuvre de l'exposition Le projet credo de l’artiste Jennifer Dickson. Découvrez virtuellement le lieu architectural qui l'a inspirée ! Le projet credo est une exposition de photographies prises par Jennifer Dickson, entre 1979 et 2008 lors de voyages au Royaume-Uni, à Chypres, au Portugal, en Espagne, en Turquie et au Maroc, qui témoignent des espaces architecturaux propres au judaïsme, au christianisme et à l’islam, ces trois religions abrahamiques. Regardons de plus près l’abbaye de Fountains documentée dans Credo : Un. Le projet credo est en cours à la GAO jusqu’au 7 février 2021.

 Autrefois le monastère cistercien le mieux nanti d’Angleterre, l’abbaye de Fountains près de Rippon, est réduit en ruines depuis la dissolution des monastères par le roi Henri VIII. Fondé en 1132, l’édifice, superbe exemple d’architecture gothique médiévale avec ses voutes et arches exceptionnelles, fut mainte fois transformé au cours de ses 407 années d’opération. Le site est intégré au jardin d’eau du Studley Royal, l'un des plus beaux jardins d'eau georgiens créés à ce jour. Suivez ce lien pour vous promener parmi les ruines, ou encore pour explorer le site grâce à Google Earth.

Credo: One [Credo : Un] (Abbaye de Fountains, Angleterre), 1979-2011, épreuve à jet d’encre de qualité archives. © Jennifer Dickson. Droits d’auteur Arts visuels - CARCC, 2020.
 


Pour en apprendre plus sur les œuvres de Jennifer Dickson​
30 juillet 2020


Nous vous invitons à en apprendre plus sur une œuvre de l'exposition Le projet credo de l’artiste Jennifer Dickson. Découvrez virtuellement le lieu architectural qui l'a inspirée ! Le projet credo est une exposition de photographies prises par Jennifer Dickson entre 1979 et 2008 lors de voyages au Royaume-Uni, à Chypres, au Portugal, en Espagne, en Turquie et au Maroc, qui témoignent des espaces architecturaux propres au judaïsme, au christianisme et à l’islam, ces trois religions abrahamiques. Regardons de plus près la synagogue de Cordoue représentée dans Credo : Quatre. Le projet credo est en cours à la GAO jusqu’au 7 février 2021.

Saviez-vous qu’en Espagne médiévale, la dévotion et l’apprentissage judaïques évoluent dans un climat de tolérance et de résistance de la part de l’islam et du christianisme avant les conversions forcées et les persécutions ? Ce contexte religieux se reflète dans les représentations qu’a retenues Jennifer Dickson de la synagogue de Cordoue construit en 1315 par des artisans musulmans. L’édifice arbore des arcs polylobés et des motifs végétaux qui rendent hommage à la tradition mudéjare et qui côtoient des écritures hébraïques. Suivez ce lien pour une vue à 360 degrés de ce lieu de prière documenté en photo par Jennifer Dickson, et explorez le reste de l’édifice grâce à Google Earth

Jennifer Dickson, Credo: Four [Credo : Quatre] (Synagogue, Cordoue, Espagne), 2003-2011, épreuve à jet d’encre de qualité archives. © Jennifer Dickson. Droits d’auteur Arts visuels - CARCC, 2020.
 


Un an plus tard. Une conversation avec Tiffany April
20 juillet 2020

Un an après avoir présenté son projet de thèse La chirurgienne et la magicienne à titre de finissante du programme de maîtrise en arts visuels de l’Université d’Ottawa, en 2019 à la GAO, Tiffany April revient nous parler – à distance, bien sûr ! – de sa pratique artistique, de ses œuvres, et de ce qu’elle fait ces jours-ci. Cette série de rencontres annuelle invite les artistes ayant présenté leur exposition-thèse à la GAO dans le cadre d’un programme de mentorat. La présentation déroulera en anglais.

Le programme de mentorat et d’exposition-thèse de maîtrise en arts visuels est possible grâce au soutien de l’initiative Artistes émergents RBC et est présenté en collaboration avec le Département d'arts visuels de l'Université d'Ottawa.

Tiffany April est une artiste visuelle dont la pratique comprend la peinture et les installations lumineuses. Elle obtient en 2014 un baccalauréat ès beaux-arts (arts plastiques) de l’Université Concordia et, en 2019, une maîtrise en arts visuels de l’Université d’Ottawa. Elle a récemment été finaliste du prix Artistes émergents RBC 2020. Ses œuvres, exposées au Canada et ailleurs, dont à Berlin et en Corée du Sud, font partie de la collection d’art de la Ville d’Ottawa depuis 2018 et de collections à l’international. En 2015, elle participe au programme de résidence TAKT à Berlin, en Allemagne. Elle travaille à partir de son studio à Ottawa, au Studio Space Ottawa.

   


En conversation avec Claudia Gutierrez et Tafui
July 20, 2020

Visionnez! 

Le 13 mars 2020, la Galerie d’art d’Ottawa ferme ses portes en réponse à la COVID-19, 2 jours seulement après l’inauguration de 5 nouvelles expositions, dont ATTACHES│CICATRICES, à la Galerie Annexe (lieu d’expositions commerciales de la GAO), qui présentait le travail des artistes Claudia Gutierrez et Tafui.

Voici un portrait intime de deux artistes multidisciplinaires discutant de leur pratique artistique en temps de pandémie avec Maxine Patenaude, animatrice en chef de CreativeMornings Ottawa.


Une autre Excursion
 9 juillet 2020

La GAO est très heureuse de collaborer avec EXCURSION ! Notre troisième contribution présente un court documentaire sur Russell Yuristy, dont les œuvres figurent dans l'exposition Russell Yuristy. L’intérieur des éléphants et plein d’autres choses. 

Visionnez !

Dans les années 1970, depuis son studio installé dans une église rénovée, il reproduit en dessins et en céramiques fantastiques le subconscient, l’absurde et les expériences quotidiennes qui l’inspirent. Ses œuvres joueront un rôle dans la montée du Regina Funk Art, un mouvement pop art par lequel les artistes s’opposent à la consommation par leurs dessins en techniques mixtes remplis d’humour. C’est également à cette époque qu’il fonde l’Atelier de terrain de jeu créatif (le Creative Playground Workshop), par lequel il complète ses commandes publiques : de grandes sculptures de bois en forme d’animaux servant de structures de jeu. Ces sculptures zoomorphes laissent présager les dessins, gravures et peintures d’animaux sauvages qu’il produira plus tard, une fois installé à Ottawa en 1985. Ayant à la base le respect des cycles naturels de la vie et de la mort glané sur la ferme, ses créatures reflètent la fragilité et l’absurdité de l’expérience humaine.

A PROPOS DE L'ARTISTE.

Russell Yuristy est né à Goodeve, en Saskatchewan, en 1936. Il obtient un baccalauréat ès arts de l’Université de la Saskatchewan à Saskatoon en 1959 ainsi qu’une maîtrise en science (art) de l’Université du Wisconsin à Madison en 1967. Il se joint cette même année au département d’art de l’Université de la Saskatchewan à Régina et y enseigne jusqu’en 1971; il y organise aussi trois Emma Lake Artists’ Workshops (les ateliers d’artiste au lac Emma). Il a bénéficié de subventions du Conseil des arts de la Saskatchewan et du Conseil des arts du Canada. La revue Artscanada (ancien nom de Canadian Art) lui consacre un article de fond en 1972, et l’Office national du film produit un documentaire à son sujet en 1978. Au fil de sa carrière, ses œuvres ont été comprises dans des expositions solos et de groupe comme Canada Trajectoires 73 au Musée d’art moderne de la Ville de Paris, Regina Clay: Worlds in the Making à la Mackenzie Art Gallery en 2006 et Russell Yuristy: … a kind of abandon au Moose Jaw Museum and Art Gallery en 2010. Il a obtenu plusieurs commandes d’art public importantes, y compris d’Expo Canada, de la Ville d’Ottawa et de la Société Radio-Canada. Ses œuvres se retrouvent dans plusieurs collections tant particulières que publiques, incluant le Musée des beaux-arts du Canada, le Conseil des arts du Canada, le Remai Modern (ancien nom de la Mendel Art Gallery), la Galerie d’art d’Ottawa, la galerie de l’Université Carleton, la Mackenzie Art Gallery, la McDonald Corporation (Chicago) et la Shaklee Corporation (San Francisco). Il a enseigné la gravure à l’École d’art d’Ottawa; il habite et travaille toujours à Ottawa.

Russell Yuristy, une production de la Galerie d’art d’Ottawa, 2020, 6 min 27 sec, réalisation : Taline Jirian; vidéographie : Chris Snow
 


La Tente des arts Canada-Vie de la GAO chez vous
2 juillet 2020


 Voici une courte vidéo qui montre comment s’y prendre pour fabriquer des marionnettes d'animaux en papier inspirées de l'exposition de Russell Yuristy présentée à la GAO. Cette activité ressemble à ce que vous pourriez trouver à la Tente des arts Canada-Vie de la GAO, qui fait normalement le tour d’événements et des festivals dans la région. En attendant de pouvoir se retrouver dans la communauté, nous vous proposons cette activité à faire à la maison.

Visionnez !

Commanditée par Canada vie


Une première exposition en Australie pour la Galerie d’art d’Ottawa !
18 juin 2020


Visite virtuelle en 3D
*Faites défiler la page vers le bas pour accéder à la visite.

Culture enveloppante, projet collaboratif de l’artiste Rosalie Favell qui réunit dix artistes autochtones de l’Australie et du Canada, s'arrêtera dans trois galeries au Canada et fera, en 2021, deux arrêts en Australie.

Au cours de trois semaines en novembre 2017, les artistes ont créé une version contemporaine d’un manteau en peau de possum traditionnel des autochtones de l’Australie ainsi qu’une peau de bison pied-noir. Cette création a redonné vie à deux traditions artistiques semblables, mais distinctes du point de vue culturel, qui étaient utilisées à l’époque à des fins tant sacrées que pratiques. Du début à la fin, les artistes ont travaillé ensemble à la création des pièces, y compris leur conception, leur construction et leur mise en œuvre, alors que le public était à se joindre pour découvrir l’histoire de ces tenues. L'exposition itinérante se rendra dans les terres natales des artistes être présentée à plusieurs communautés autochtones. Les artistes représentent plusieurs nations, dont : Anishinaabe [Odawa], Métisse, Crie, et Siksika [Pieds-noirs] au Canada, et Barkindji, Boon Wurrung, Mutti Mutti, Yorta Yorta, et trawlwoolway en l’Australie.

En avril 2019, l’exposition était inaugurée à la GAO, à Ottawa, où habitent en ce moment les artistes Barry Ace, Meryl McMaster et Rosalie Favell. Cet hiver, l’exposition s’est rendue au Wanuskewin Heritage Centre à Saskatoon, près de chez Adrian Stimson. Plus tard cette année, elle fera un arrêt à la Art Gallery of Algoma à Sault-Ste-Marie. En 2021, Culture enveloppante ira jusqu’au Queen Victoria Museum and Art Gallery de Launceston, en Tasmanie, où vit l’artiste Vicki West, puis se rendra au Footscray Community Arts Centre de Melbourne, pour se rapprocher de Maree Clarke, Mitch Mahoney, Kerri Clarke, Molly Mahoney, et Wade Mahoney. La tournée prendra fin à la Thunder Bay Art Gallery décembre 2021.

Pour en savoir plus sur ce projet et sur les artistes ou pour une visite virtuelle en 3D de l'installation de l'exposition à la GAO, veuillez cliquer ici. Faites défiler la page vers le bas pour accéder à la visite.

Wahsontiio Cross, aide, commissaires, tournées de projets autochtones

L’exposition itinérante est rendue possible grâce au financement du Conseil des arts de l’Ontario et du Conseil des arts du Canada.
 


Les commissaires en parlent, une nouvelle série !


Dans cette première capsule de la série Catherine Sinclair, sous-directrice et commissaire en chef, parle de l’organisation de l’exposition Russell Yuristy. L’intérieur des éléphants et plein d’autres choses qui ouvrait en février à la GAO. | Photos : Justin Wonnacott, Chris Snow et John-Finnigan Lin ​

Visionnez !


L’art à l'ère du numérique, en direct avec Ana Serrano

Alexandra Badzak, la directrice et chef de la direction de la GAO discute des défis qui transforment le secteur des arts à l'ère du numérique, avec : Ana Serrano, directrice de la stratégie numérique du Canadian Film Centre et nouvelle présidente de l’université OCAD.

Visionnez ! 


Excursion, l'art à travers le Canada


La GAO est très heureuse de collaborer avec EXCURSION ! Notre première contribution présente le travail Clean Labor [Travail propre] de Brendan Fernandes, une œuvre de l’exposition Rythmesthétique qui ouvrait en mars à la GAO.
 
Excursion, l'art à travers le Canada est une nouvelle plateforme en ligne qui propose des expériences artistiques, dans le cadre d'un partenariat national avec des institutions culturelles de premier plan, comme des programmes pour enfants, des conférences d'artistes et des ateliers pour différents groupes d'âge. Conçues pour faire connaître le travail d’organisations au pays, les activités permettent à la collectivité de s’engager et soutiennent les artistes, en particulier dans le cadre des défis posés par une pandémie.

Visionnez !

Cette performance in situ de Brendan Fernandes attire l’attention sur le travail invisible effectué pour préparer des chambres d’hôtel et met l’accent sur le rôle du corps dans cette profession physique. Lors de cette performance, les membres du personnel de ménage exécutent leurs tâches de nettoyage habituelles tandis que des danseurs expriment des gestes complémentaires qui soulignent l’effort physique requis pour chaque tâche. Les danseurs avaient comme consigne d’improviser des mouvements liés à leur propre compréhension de l’expérience. Puisque le personnel de chambre en Amérique du Nord est majoritairement immigrant et que ses compétences sont souvent sous-estimées, Brendan Fernandes l’invite à participer à la chorégraphie des mouvements. Pendant la performance, les danseurs pouvaient leur demander de s’arrêter brièvement en posant délicatement une main sur leur épaule. Ces arrêts créent des moments de réflexion permettant au personnel de l’hôtel, aux danseurs et aux spectateurs de comprendre les actions méticuleuses nécessaires pour garantir un espace propre, sûr et habitable.

Rythmesthétique est présentée en partenariat avec l’ambassade de la République de Corée au Canada et le Centre culturel coréen au Canada, avec l’appui du Korean Foundation for International Culture Exchange.

Brendan Fernandes (Canada, naissance : 1979, vit et travaille à Chicago, Illinois), Clean Labor [Travail propre], 2017, documentation vidéo et photographique d’une performance à l’hôtel Wythe à Brooklyn, New York, le 5 mars 2017, avec la permission de l’artiste.


(re)Cartographier le territoire


Cette vidéo de 5 minutes, réalisée par la GAO, présente étape par étape une activité conçue par l’artiste Barry Ace (Anishinaabe).

Visionnez !
 
Partagez vos créations sur les médias sociaux ! #LaGAOàdistance

Vous trouverez d'autres ressources éducatives tirées de notre publication L’Art autochtone contemporain en salle de classe, ici : 

L’Art autochtone contemporain en salle de classe en format PDF

Plans de cours pour les niveaux scolaires



Visite virtuelle 3D : la Salle Firestone de la GAO

Nous nous réjouissons de vous accueillir à nouveau à la GAO lorsque ce sera possible. D’ici là, nous vous invitons à faire l’expérience d’une visite virtuelle 3D de notre Salle Firestone.

Merci à Point3D Commercial Imaging qui a rendu possible ce projet ! La visite est aussi offerte en réalité virtuelle ! Appuyez sur ‘View in VR’ en bas à droite pour cette expérience.


Chronologie de l’art de la région d’Ottawa / Gatineau

Cliquez sur cette image pour accéder à notre frise chronologique interactive qui vous fera découvrir l’art de la région d’Ottawa / Gatineau, de la préhistoire à nos jours. Cet outil a été créé dans le cadre de notre exposition inaugurale Àdisòkàmagan / Nous connaître un peu nous-mêmes / We’ll all become stories, qui avait lieu du 28 avril au 16 septembre 2018.

Photo : Le Dr O.J. Firestone dans la salle de séjour de l’ancienne résidence de la famille Firestone en mai 1979.​


La série Canevas, des entrevues à voir


Pour souligner le 2e anniversaire de l'ouverture de la nouvelle GAO, nous vous proposons une série d’entrevues produite dans le cadre de l'exposition inaugurale Àdisòkàmagan / Nous connaître un peu nous-mêmes / We’ll all become stories, qui avait lieu du 28 avril au 16 septembre 2018. Voyez entre autre Jennifer Dickson dont le travail est présenté dans notre exposition Le projet credo inaugurée en février.
 


Cartes à collectionner de plantes superhéros

Besoin d'une idée pour l'école à la maison ? La GAO vous propose l’activité Cartes à collectionner de plantes superhéros, conçue par l'artiste Jaime Koebel d'Ottawa (Métisse, Crie). Cette vidéo de 6 minutes (en anglais) présente la leçon étape par étape.

Partagez vos créations sur les médias sociaux ! #LaGAOàdistance

Vous trouverez d'autres ressources éducatives tirées de notre publication L’Art autochtone contemporain en salle de classe, ici : 

L’Art autochtone contemporain en salle de classe en format PDF

Plans de cours pour les niveaux scolaires