Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Acquisitions 2023 : achats

La collection permanente de la Galerie d’art d’Ottawa, élément phare de sa vocation, contient principalement des œuvres d’artistes qui ont contribué à la vie culturelle de la région d’Ottawa-Gatineau dans le passé ou qui y contribuent aujourd’hui. C’est avec plaisir que nous présentons et contextualisons les œuvres acquises par la GAO en 2023. 

La Galerie d’art d’Ottawa est très fière d’annoncer l’achat de quatre nouvelles œuvres en 2023.  

Martha Kyak, ᓴᑭᐅᒍᑎ [Sakiaguti], 2021, peau de phoque, perles, feutre, appliqués. Collection de la Galerie d’art d’Ottawa : acquise grâce au soutien financier du Programme d’art Elizabeth L. Gordon, programme de la Fondation Gordon administré par la Fondation des arts de l’Ontario ainsi qu’au généreux soutien de la Fondation RBC dans le cadre du programme Artistes émergents RBC, 2023. 

La GAO a acheté ᓴᑭᐅᒍᑎ [Sakiaguti] (2021) de Martha Kyak, une conceptrice de mode de Mittimatalik (Pond Inlet, au Nunavut), qui élabore sa collection InukChic à Ottawa. Elle est reconnue pour ses parkas, colliers, bijoux, toiles et textiles qui mêlent motifs inuits traditionnels et influences contemporaines. 

Acquise grâce au soutien financier de la Fondation RBC et du Programme d’art Elizabeth L. Gordon, programme de la Fondation Gordon administré par la Fondation des arts de l’Ontario, cette pièce est un sakiaguti, une décoration inuite recourbée traditionnellement placée sur un amauti, un parka pour femmes muni d’un capuchon pour transporter un bébé. Il est fabriqué à partir de plusieurs matériaux, y compris des perles qui forment une longue frange contemporaine, et de la peau de phoque, un matériel dense, chaud et imperméable qui fait partie intégrante de la culture inuite et constitue un moyen de subsistance dans le Nord. Présentée dans le cadre de l’exposition Rester chez soi. Portraits d’artistes, de familles, de communautés, il s’agit de la première œuvre de Martha Kyak (et la première qui se porte) à être ajoutée à la collection de la GAO. 

Jobena Petonoquot, Bringer of Death [Porteur de mort], 2018, perles, dentelle, peau de cerf, tiges à chevilles en bois, tasses de thé, branches de cèdre, 83,8 x 57,2 cm. Collection de la Galerie d’art d’Ottawa : acquise grâce au soutien financier de la Fondation Stonecroft, 2023.

Grâce au généreux soutien de la Fondation Stonecroft, la GAO aussi finalisée l’acquisition de 3 œuvres de Jobena Petonoquot (Kitigan Zibi) qui reflètent bien sa pratique. Les installations de techniques mixtes, soient, My Grandfather Trapped the Rabbit [Mon grand-père trappait le lapin], Ode to My Grandfather [Ode à mon grand-père] ainsi que Bringer of Death [Porteur de mort] comprennent du perlage et du travail textile et jettent un regard critique et touchant sur l’histoire du colonialisme au Canada, tout en démontrant la beauté de la culture de l’artiste et son amour de la terre. 

Jobena Petonoquot, Ode to My Grandfather [Ode à mon grand-père], 2018, peau de cerf, perles, rubans de satin et velours (orné d’un merle et de motifs de plantes), gauche : 22,9 x 11,4 cm; droit : 22,9 x 11,4 cm. Collection de la Galerie d’art d’Ottawa : acquise grâce au soutien financier de la Fondation Stonecroft, 2023. 

Jobena Petonoquot, My Grandfather Trapped the Rabbit [Mon grand-père trappait le lapin], 2018, velours, perles, dentelle, cadre victorien avec verre bombé, 44,5 x 30,5 cm. Collection de la Galerie d’art d’Ottawa : acquise grâce au soutien financier de la Fondation Stonecroft, 2023. 

Transposant des histoires familiales et des savoirs relationnels et holistiques tirés de ses relations anishinābées et naskapies dans ses expériences et dans sa rigoureuse pratique artistique, Jobena Petonoquot a présenté ses pièces dans le cadre de l’exposition Jobena Petonoquot. La rébellion de mes ancêtres à la GAO en 2022. Il s’agit des premières œuvres de cette artiste à faire partie de la collection de la Galerie. 

Facebook
Twitter
LinkedIn
Courriel

La GAO est ouverte de 10 h à 18 h le mardi, mercredi et dimanche, et ferme à 21 h le jeudi, vendredi et samedi. L’entrée à la GAO est toujours GRATUITE. | Inscriptions pour nos camps artistiques !