Alec après son temps à Ottawa

En 1967, O. J. Firestone constate que l’état de santé de Jackson se détériore sérieusement; l’artiste se fatigue facilement et souffre d’étourdissements. Il subit un accident vasculaire cérébral au printemps 1968. Après sa convalescence à l’Hôpital d’Ottawa, c’est évident qu’il ne pourra plus vivre seul. Cette année-là, on prend des arrangements pour que Jackson, qui a maintenant 86 ans, quitte la région d’Ottawa et soit pris en charge par ses amis Robert et Signe McMichael, qui vivent à Kleinburg, en Ontario. Jackson y demeure jusqu’en 1973, lorsqu’une aggravation de son état de santé le force à s’installer dans un foyer à proximité. Malgré ses problèmes de santé persistants, Jackson ne perd jamais sa tête dure ni son sens de l’humour. O. J. Firestone se rappelle une visite à l’hôpital lors de laquelle Jackson tente d’écarter une infirmière afin de pouvoir sortir de son lit; il fait un tel tapage qu’on l’entend jusqu’au bout du couloir (24). Duncan de Kergommeaux, l’artiste abstrait d’Ottawa qui enseigne aux côtés de Jackson à l’occasion, se souvient aussi de ses visites à l’hôpital : « avec son bras partiellement paralysé et sa main tremblante, il a souri et m’a dit : “Maintenant, je vais pouvoir peindre comme toi, Duncan (25)!” » A. Y. Jackson décède le vendredi 5 avril 1974 à l’âge de 92 ans. Sa tombe se situe dans le parc de la Collection McMichael d’art Canadien, aux côtés de quelques collègues du Groupe de Sept : Lawren Harris, Arthur Lismer et F. H. Varley.

24. O. J. Firestone, The Other A. Y. Jackson, Toronto, The Canadian Publishers, 1979, p. 245-6.

25. Duncan de Kergommeaux, « Memories of Art in Ottawa in the ‘50s and ‘60s », dans History of Art and Artists of Ottawa and Surroundings, 1790-1970: Part III, 1946-1970, Melanie Scott (dir.), Ottawa, Galerie d’art d’Ottawa Art, 1995, p. 27.